Lunettes, design & shop

Dans le cadre de la Biennale internationale de design à Saint-Étienne en 2008, l’exposition Design & shop (commissaire : Noémie Bonnet-Saint-Georges) invite à la découverte du design à travers un parcours dans les commerces du centre-ville. L’idée est de provoquer des rencontres entre les commerçants, les designers et le public à travers la présentation d’objets, d’installations et de travaux graphiques. Pour cette nouvelle édition, Design Matin à été invité.
On me propose d’exposer au 1 place Dorian, centre ville de Saint-Étienne, dans la boutique Alain Afflelou.
L’occasion est idéale pour une petite réflexion sur les lunettes.
A l’origine, je souhaitais exposer une réflexion « à la manière design matin » sur les lunettes et les films comprenant le mot œil dans leur titre. Ex : « œil pour œil, sinbad et lœil du tigre, l’œil de la veuve, et moi j’te dis quelle ta fait de lœil, l’œil de vichy »…
Mais en travaillant sur un autre projet, je me suis retrouvé chez Emmaüs. Entre une chaise rouillée et une horloge en porcelaine, nous commençons à nous coller divers objets sur les yeux. Certains petits objets que nous manipulons, je les achète. J’en ai pour 3 euros.
Un peu plus loin sont vendus des dizaines de lunettes usagées pour un prix très bas.
Jachète une vingtaine de lunettes pour 5 euros.

Une fois rentré, je commence à manipuler tous mes nouveaux achats. Je me laisse guider par l’assemblage de deux lunettes, puis d’ustensiles à thé, à café, deux râpes à fromage etc… Je cherche la surprise. Cette même surprise que le passant aura en jetant un coup d’œil rapide de « passant » sur ces détournement. J’exposerai trois éléments :
1-Le montage des lunettes.
2-Une photo du montage.
3-La paire de lunettes portée.
Soit trois modes de représentation du même objet. L’objectif est la recherche de crédibilité d’une démarche simple de détournement.

La première action est l’assemblage de deux paires de lunettes différentes.
La seconde est l’assemblage de plusieurs pièces de différentes lunettes.
Pour le prochain modèle, je me suis raconté une petite histoire. Je me suis imaginé une personne maladroite qui à souvent cassé ses lunettes. Elle utilise systématiquement du scotch pour réparer ces montures. Au bout d’une dizaine d’années de destruction de paires et lasse de racheter des montures neuves, notre égaré décide avec les verres esseulés et du scotch, de concevoir sa propre paire.
Le principe suivant sera d’assembler une monture sans verre avec différents éléments. L’étape suivante est d’assembler des verres avec différents objets.
Le dernier modèle n’est pas un détournement, mais un projet d’étudiant réalisé il y a 10 ans avec mon ami, Nicolas Hauvette. Ce projet, un détournement ? Finalement peut-être. En feuilletant le Catalogue d’objets introuvables de Jacques Carelman, ce modèle avait déjà été dessiné il y a 50 ans. Et dire que nous avions remporté un concours avec ces lunettes. Et nous finirons cette note sur une citation de Francis Blanche : “Qui aime bien ses lunettes ménage sa monture.”


 


Design Matin : Lunette, Design & Shop par dogniaux