La table des négociations

Généralement admise comme l’art de s’accorder avec autrui, la négociation suppose aussi la rencontre d’intérêts divergents. Elle met en tension volonté de coopération et rapports de force, manifestant la complexité des mécanismes qui président à toute prise de décision collective, à toute formulation d’un « nous ». Pratique universelle, la négociation est souvent médiatisée dans nos sociétés par la table, objet canonique et icône dont la forme même est supposée rendre efficients l’échange et la discussion, et dont témoigne l’histoire des grandes négociations politiques, commerciales, syndicales, etc. Comme espace nécessairement limité et exclusif, la table des négociations révèle aussi en creux l’absence de celles et ceux qui ne sont pas invité.e.s à y défendre leurs intérêts ; loin de la table, elles.ils persévèrent à forger les outils et à concevoir les stratégies pour faire entendre leurs voix.

Quand les « nous » s’opposent au lieu de composer, quand la construction de nos communs se heurte aux conflictualités, l’artifice théâtral qui privilégie la mise en scène de l’accord plutôt que son élaboration fait-il encore illusion ? Ce simulacre peut-il encore être considéré comme le modèle unique de la négociation ?

À travers une série d’objets et au cours des activations qui se tiendront à la table centrale, l’exposition La table des négociations donne à voir les points de vue singuliers de designers, d’artistes et d’anonymes. Les commissaires ont souhaité mettre en regard les formes qui naissent des négociations et celles qui les influencent, sans négliger les contre-formes que les limites du processus de prise de décision obligent à rechercher.

L’équipe : Daria AYVAZOVA, Corentin BRULÉ, Cléa DI FABIO, Marion FRABOULET, Samuel GAY, Elizabeth HALE, Camille LAMY, Laura QUIDAL, Kévin ZANIN, Rodolphe DOGNIAUX

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

AZIMUTS 50 / Négocier les futurs

Adossé à l’exposition La table des négociations proposée par le Cycle Design Recherche de l’ESAD Saint-Étienne dans le cadre de la 11e Biennale internationale Design « Me/You/Nous. Créons un terrain d’entente », le numéro 50 de la revue Azimuts consacre son dossier thématique à la négociation des futurs.

SOMMAIRE / SUMMARY

DOSSIER : Négocier les futurs

Décider à plusieurs. Entretien avec Aurélien Colson et Christian Thuderoz / Deciding Together. An Interview with Aurélien Colson and Christian Thuderoz
Propos recueillis par / Interview by Corentin Brulé, Cléa Di Fabio et Marion Fraboulet

Vers l’avenir en chemise hawaïenne / Future Tense and Chinese Hawaiian Shirts
par Elizabeth Hale

Comme les choses arrivent / How Things Happen
par Cléa Di Fabio et Marion Fraboulet

Les raisons d’être du Soft Protest Digest : choisir ou contraindre ? / The Raisons d’Être of the Soft Protest Digest : to Chose or Constrain ?
par Adel Cersaque et Nickie Sigurdsson

Traité / Treaty
par Laboratoire Désorceler la finance / by Unbewitch Finance Lab

Ombres / Shadows
par Ketty Steward

La table des négociations / The Negotiating Table
par le Cycle Design Recherche de l’ESAD Saint-Étienne /
by Design Research Cycle – ESAD Saint-Étienne

L’absence de futur a déjà commencé / The Absence of the Future has already Begun
par Christophe David

La Catacombe de Molussie (extrait)
par Günther Anders

VARIA :
Disrepresentationism Now !
par Experimental Jetset (présentation et traduction de Léonore Conte)

COMPTES RENDUS / REVIEW
Le réalisme capitaliste de Mark Fisher · L’écriture sans écriture de Kenneth Goldsmith· Histoire du graphisme de Thierry Chancogne · Mineure Vilém Flusser de Multitudes, par Anthony Masure et Yves Citton · The In-discipline of design d’Annie Gentès · The Politics of Design, exposition et catalogue de Victor Papanek (Vitra) · La manufacture du meurtre d’Alexandra Midal · The Present of the Future de Suzanne Witzgall et·Kerstin Stakemayer · Design. L’imposture de Jacques Noël · Design for the Pluriverse d’Arthuro Escobar.

Recherche et construction.

 

L’édition de salle

Le Cycle Design Recherche de l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne est heureux de vous présenter La Table des négociations, une exposition imaginée par ses étudiant·e·s-chercheu·r·se·s à l’occasion de la Biennale Internationale Design Saint-Étienne 2019 — Me/You/Nous, Créons un terrain d’entente. Généralement admise comme l’art de s’accorder avec autrui, de trouver avec lui ce terrain d’entente, la négociation suppose aussi la rencontre d’intérêts divergents. Elle met en tension volonté de coopération et rapports de force, manifestant la complexité des mécanismes qui président à toute prise de décision collective, à toute formulation d’un « nous ». Pratique universelle, la négociation est souvent médiatisée par la table, objet canonique et icône dont la forme même est supposée rendre efficients l’échange et la discussion, ce dont témoigne l’histoire des grandes négociations politiques, commerciales, syndicales, etc. Espace nécessairement limité et exclusif, la table des négociations révèle aussi, en creux, l’absence de c·elles·eux qui ne sont pas invité·e·s à y défendre leurs intérêts et qui, loin de la table, persévèrent à forger les outils et concevoir les stratégies qui y feront porter leur voix. Quand les « nous » s’opposent au lieu de composer, quand la construction de nos communs se heurte aux conflictualités, l’artifice théâtral qui privilégie la mise en scène de l’accord plutôt que son élaboration fait-il encore illusion ? Ce simulacre peut-il encore être considéré comme le modèle unique de la négociation ?
À travers une sélection d’objets et une série d’activations qui se tiendront à la table centrale, l’exposition La Table des négociations donne à voir les points de vue singuliers de designers, d’artistes et d’anonymes. Les commissaires ont souhaité mettre en regard les formes qui naissent des négociations et celles qui les influencent, sans négliger les contre-formes que les limites du processus de prise de décision obligent à rechercher.

Cette édition de salle apportera aux visiteu·r·se·s des informations supplémentaires sur les objets présentés dans l’exposition afin d’expliciter leur lien avec le concept ainsi élargi de négociation, ainsi que l’intérêt des questions qu’ils soulèvent. Il comporte également un programme des activations qui auront lieu autour de la Table. Le Cycle Design Recherche de l’Esadse (CyDRe) est un troisième cycle qui propose aux étudiant·e·s diplômé·e·s d’une école d’art et design ou d’un master universitaire de poursuivre leurs études au niveau recherche selon un modèle alliant pratique et théorie.

Les étudiant·e·s-chercheu·r·se·s définissent leur parcours au sein du Cycle de manière autonome, participant selon leurs profils et leurs intérêts à des projets individuels et collectifs. Elle·il·s proposent des expositions, notamment à l’occasion des Biennales de design de SaintÉtienne, et produisent la revue de recherche en design Azimuts (dont le numéro 50 « Négocier les futurs » est adossé à cette exposition). Le CyDRe est actuellement composé de 11 étudiant·e·s-chercheu·r·se·s, dont 9 ont travaillé à la création de cette exposition, et qui ont eux·ellesmêmes, à cette occasion, fait l’expérience de la recherche du consensus et de la négociation pour formuler un projet collectif — de la construction du discours général à la conception et la fabrication des éléments formels. À travers sa proposition d’exposition et les considérations présentées dans le présent cahier, l’équipe espère pouvoir transmettre aux visiteu·r·se·s ses préoccupations et le vif intérêt que le concept de négociation, qui interroge le design et ses pratiques sous une angle singulier, a suscité chez elle.

Laisser un commentaire